Vauluisant, Notre-Dame, abbaye O.Cist. (H) - vers 1525

Date: 
Vers 1525.
Date post: 
1520
Date ante: 
1530
Répertoire(s): 

BMMF, 1884 ; Bondéelle, 1991, p. 322, C1 et 1bis.

L'original remontait sans doute à la construction de la nouvelle bibliothèque par l'abbé Antoine Pierre (1525-1526) ; il ne saurait en tout cas lui être antérieur puisqu'il présente une organisation des livres par pupitres qui n'est guère compatible qu'avec la nouvelle salle. Il a disparu, mais il est accessible grâce à trois copies faites aux xviie et xviiie siècles. L'une est secondaire, mais a joué un rôle important dans la transmission de ce catalogue.
Les deux premières sont conservées dans les « dossiers Montfaucon ». L'édition du catalogue dans la BBN est très incomplète. La copie de Le Maître n'est pas conservée. En revanche, la source à laquelle il se référait s'identifie au Cathalogus Manuscriptorum in bibliotheca [Claravallensi corrigé en Vallis Lucentis] contentorum, qui occupe les folios 295-300v du ms. lat. 13070 (= M') ; en effet, cet inventaire se termine brusquement, en bas du f. 300v, par la notice sur Palladius (A 131 ; le reste manque), et l'absence des quatre-vingts notices A 15-94 s'explique aussi par un accident matériel : la perte de plusieurs feuillets entre les actuels f. 297 et 298. Ces lacunes vont se retrouver exactement dans l'édition imprimée, qui en ajoute quelques autres (A 6, A 119, A 122) et n'hésite pas à élaguer le texte des notices.
L'accident codicologique qui aurait pu être très dommageable ne l'est pas grâce à l'existence, dans le même manuscrit, de la source même de cette copie (= M). Il s'agit du Catalogus Libb. MSS. Bibliothecae Vallislucentis Ord. Cister. (f. 277-291v), suivi du Repertorium librorum impressorum in eadem bibliotheca contentorum (f. 292-294v). Cette transcription du document original n'est pas toujours aisée à déchiffrer, et l'on comprend qu'on ait voulu en faire une reproduction plus aérée et plus lisible. On n'a malheureusement pas identifié, pour le moment, les deux copistes.
En revanche, on connaît bien celui qui, en novembre 1711, a transcrit sur place le catalogue des manuscrits (à l'exclusion des imprimés) : il s'agit de l'abbé Louis de Targny, qui entra au service de la Bibliothèque du Roi vers 1691 et fut garde des manuscrits de 1726 à sa mort en 1737. Sa copie de l'inventaire  est suivie d'un historique tiré de l'Histoire de l'abbaye de dom Maillet (f. 289r-v), d'extraits du cartulaire (f. 290r-297v) complétés de transcriptions ex ipso authentico (f. 295r et 297v), et de « notices et extraits » d'une dizaine de manuscrits qui lui ont semblé dignes d'intérêt (f. 298-311).
On notera que Targny cite les manuscrits d'après les cotes numériques en usage alors, et non d'après celles du catalogue « xvie » qu'il avait recopié. Il transcrit des textes qu'il pense inédits, qu'il s'agisse de sermons (B 104, B 103), de lettres (B 105 ?, B 55) ou d'un poème (B 5) ; il relève soigneusement les souscriptions (B 136, B 55, B 103), et propose des datations (B 104, B 25, B 106, B 55), qui tournent toutes autour du xiiie siècle.
Targny donne d'intéressantes précisions sur le catalogue et sur le stock de manuscrits : « Confectus iste catalogus videtur circa ann. 1520, idem in membrana scriptus. Les numéros des livres mss. de la Bibliothèque de l'abbaye de Vauluisant montent à 209 mais il ne se trouve présentement que 200 » (f. 283r). Il répète l'indication à la fin du catalogue : « Le nombre de tous ces mss. se monte à deux cent cinq ou six. L'on en compte actuellement 200 dans la même bibliothèque. 1711, Nov. » (f. 289r).
Targny omet deux notices (A 72, A 155) et assez souvent des noms et des membres de phrase qui lui paraissent sans doute superflus (A 19g, A 106e et passim), sans parler de mots qui étaient peut-être devenus illisibles dans l'original (A 128a) ; de même les changements de cote traduisent sans doute une évolution de la bibliothèque. Il arrive à Targny de faire quelques erreurs manifestes de transcription (ainsi en A 122 Christiani pour Constani et en A 199 signorum dei pour servorum dei), mais le principal reproche qu'on puisse lui adresser, c'est que, en bon latiniste, il introduit souvent une orthographe « classique » qui  ne devait pas être celle de l'original - dont on peut se faire une idée grâce aux tables et sommaires inscrits sur les feuillets de garde. S'il garde Iohannes là où M et M' écrivent Ioannes (passim), il écrit Nicaeni au lieu de Nicheni (A 169), Phrygii au lieu de Phrigii (A 200), Historia scholastica pour Hystoria scolastica (A 197 et 202), etc. On a donc choisi de suivre le plus souvent l'orthographe de M et M', quitte à signaler quelques variantes importantes. En revanche, pour les chiffres qui ne sont pas écrits en toutes lettres, et notamment pour ceux des pupitres, on s'est rallié au parti de Ty qui utilise systématiquement les chiffres romains, alors que M et M' recourent aux chiffres arabes.

(Bougard - Petitmengin, 2012, p. [93]-95)

Source(s): 

Original perdu.

M : *Paris, BnF, lat. 13070, f. 277r-294r ; copie de l'inventaire dans le dossier relatif à Vauluisant réalisé pour B. de Montfaucon(f. 277r-291v : mss., f. 292r-294r : impr.)

M' : *Paris, BnF, lat. 13070, f. 295r-300v ; dans le même dossier, mais d'une main différente, copie partielle de l'inventaire (copie reproduite dans la BBN).

Ty : *Paris, BnF, lat. 17174, f. 282-289 ; copie de Louis de Targny (novembre 1711).

Édition(s): 
Bougard - Petitmengin, 2012, p. [99]-119 (inventaire A).

> Lire l'inventaire

Bibliographie: 

Bougard - Petitmengin, 2012, p. [93]-95

Rédaction: 

JD, 2014.

Liens vers Informations possesseurs
Share this
Comment citer cette page : Delmulle, Jérémy, « Vauluisant, Notre-Dame, abbaye O.Cist. (H) - vers 1525 », dans , BMF : Notices , Paris, IRHT, 2014 (Ædilis, Sites de programmes scientifiques, 4) [En ligne] http://www.libraria.fr/fr/BMF/vauluisant-ocist-h-vers-1525
Mis en ligne le 14/04/2014
Modifié le 04/05/2014